Auto-entrepreneur en création & gestion de sites

Création ou refonte de sites et/ou de boutiques en ligne (Référencement inclus)

- Offres complètes et accessibles à tous. Le travail peut-être adapté à tous les budgets.
- Réalisation avec un outil CRM Open Source adapté à vos besoins et qui vous permet de gérer facilement et de manière autonome votre site.
- Référencement inclus dans toutes les prestations.
- Possibilité de création d’une charte graphique complète + logos et différents visuels

Vous ne souhaitez pas gérer vous même votre site ? Vous n’avez pas le temps ou les ressources humaines nécessaires ?

Gestion de sites

- Gestion complète du site (Mises à jours, ajouts des nouveaux produits, référencement,…)
- Gestion des campagnes Adwords

Aide à la création de projets

Vous avez un projet particulier que vous ne souhaitez pas monter tout seul ? Ou pour lequel vous avez besoin d’une présence sur Internet ? Décrivez moi votre projet et vos attentes!

Désactiver l’affichage de « admin bar » dans WordPress 3.1

Depuis la nouvelle version de WordPress (3.1) du 23 février 2011, une barre d’administration apparait en haut du site (en frontoffice) lorsque l’on est connecté en administrateur. Pour désactiver l’affichage de cette barre, voici 2 options :

Méthode simple : Dans le panneau « Utilisateurs » de WordPress, vous cliquez sur votre nom de compte et vous trouverez directement l’option pour ne plus afficher la barre d’administration.

Méthode complexe : il vous suffit de copier/coller ce code :

function my_function_admin_bar(){
return false;
}
add_filter( ‘show_admin_bar’ , ‘my_function_admin_bar’);

à ligne 379 du fichier /wp-include/admin-bar.php

La barre disparaitra automatiquement ;-)

Photo-prime.fr > Photographe professionnel sur Pessac

Réalisation du site de Nicolas Carricart, photographe professionnel sur Pessac qui tient la boutique Photo-prime située : 200 avenue Pasteur à Pessac (33600). Le site intègre un grand nombre de photos, ainsi que des livres interactifs.

Nicolas Carricart

http://photo-prime.fr

N-ETIC : Accompagnement de projets de télécommunications

Réalisation du site de N-ETIC, spécialiste en accompagnement de projets de télécommunication basé à Cestas (Proche Bordeaux) et Toulouse.

netic

http://www.n-etic.fr

Sophie-Durand.fr | Le portfolio d’une étudiante en Architecteur d’intérieur

Réalisation du book en ligne de Sophie Durand, une étudiante en Architecture d’intérieur. Le site a été réalisé avec le CMS Open Source WordPress.


http://sophie-durand.fr

AZservices | Menuiserie sur Bordeaux

AZservices est une entreprise spécialisée dans la menuiserie, peinture, revêtements de sol, tapisserie et multiservices sur Bordeaux et la Gironde. Mise en ligne du site courant septembre, celui-ci sera la vitrine de l’entreprise sur internet.

SEO Camp à Bordeaux

Les référenceurs du sud-ouest sont conviés à un rendez-vous informel à Bordeaux le 7 novembre 2009 pour échanger sur leur métier, découvrir le SEO Camp et imaginer ensemble les futurs événements de l’association dans le sud-ouest : BarCamp, soirées recrutement, examens liés à la certification SEO…

Cette rencontre est gratuite et ouverte aux non adhérents. En plus des référenceurs et e-marketeurs  professionnels, le rencontre peut également intéresser les webmasters, les développeurs web et les amateurs. Il suffit d’être passionné par le SEO!
Venez nombreux !
Date : Samedi 7 novembre 2009 de 15h à 19 h
Lieu : Couleur Café, 28, Rue Père Louis de Jabrun, Bordeaux  (Google maps)
On se retrouve à l’étage. Chacun paie son verre ou son café (les cafés sont d’ailleurs réputés).
Inscription : Gratuite, mais obligatoire. Vous pouvez vous inscrire dans les commentaires de ce billet, sur l’événement Facebook ou par formulaire avec comme sujet “Inscription Bordeaux”. Les places sont limitées.
Note: Aucune réservation de restaurant n’a pour le moment été prise, il est envisageable de continuer les discussions autour d’un dîner sur place
Neil McCarthy, délégué Sud-Ouest, aidé par Alexandre Desse de Bordeaux
Au plaisir de vous revoir lors de cette manifestation. Ce sera également l’occasion de rencontrer les « petits nouveaux »

Le SEO Camp est une association (loi 1901)  qui rassemble toutes les personnes dont l’activité principale ou les centres d’intérêts sont le référencement ou le “search engine marketing”, qu’il s’agisse de webmasters, de référenceurs “in house”, de consultants indépendants, de personnes employées dans des agences spécialisées ou non, ou d’amateurs passionnés.

Neil McCarthy, le délégué sud ouest de SEO CAMP :

« Les référenceurs du sud-ouest sont conviés à un rendez-vous informel à Bordeaux le 7 novembre 2009 pour échanger sur leur métier, découvrir le SEO Camp et imaginer ensemble les futurs événements de l’association dans le sud-ouest : BarCamp, soirées recrutement, examens liés à la certification SEO…

Cette rencontre est gratuite et ouverte aux non adhérents. En plus des référenceurs et e-marketeurs  professionnels, le rencontre peut également intéresser les webmasters, les développeurs web et les amateurs. Il suffit d’être passionné par le SEO!

Venez nombreux ! »

Lieu : Couleur Café, 28, Rue Père Louis de Jabrun, Bordeaux

On se retrouve à l’étage. Chacun paie son verre ou son café (les cafés sont d’ailleurs réputés).

Inscription : Gratuite, mais obligatoire. Vous pouvez vous inscrire dans les commentaires de ce billet, sur l’événement Facebook ou par formulaire avec comme sujet “Inscription Bordeaux”. Les places sont limitées.

Note: Aucune réservation de restaurant n’a pour le moment été prise, il est envisageable de continuer les discussions autour d’un dîner sur place…

Les outils pour développer les ventes en ligne d’un site marchand

Avoir un site internet tout neuf c’est bien! Avoir des visites et des commandes dessus c’est autre chose! Comme expliqué précédemment, un site est un engagement sur du long terme et le travail ne s’arrête certainement pas à la mise en production du site. La première étape importante est le référencement naturel qui correspond généralement à la première source de trafic d’un site. Pour compléter celui-ci il existe aussi le référencement payant que nous allons voir en seconde partie et qui doit faire l’objet d’une attention toute particulière pour ne pas dépenser de l’argent pour rien. Enfin, un site et en particulier une boutique en ligne doit être suivi et un travail régulier sur l’optimisation du taux de conversion doit être effectué.

Optimiser son référencement naturel | Chapitre 7

Au cours de ces articles plusieurs annotations ont été faites sur le référencement. En effet, celui-ci doit se préparer en amont de la conception et il faut continuer ce travail tout au long de la vie d’un site. Le référencement n’est pas une chose acquise, Google par exemple modifie régulièrement son algorithme. A tout moment un site peut passer en seconde page des résultats d’un moteur de recherche et l’effet sur le trafic du site est quasi-immédiat.

Section 1 : Le référencement

Avant toute chose, il faut bien faire la distinction entre le référencement naturel (résultats de la page Google au centre) et le référencement payant comme Adwords (résultats sur la droite et en haut). Pour le premier il y a du travail, certes, mais qui aura des retombées sur le long terme, tandis que pour le second il suffit d’un budget journalier ou mensuel pour apparaitre automatiquement dans les premiers résultats. Seulement, une fois ce budget écoulé on ne vous trouvera plus.

Le référencement concerne un ensemble de techniques visant à optimiser la visibilité de son site internet dans les différents moteurs de recherches (nous nous concentrerons encore une fois sur Google) et les annuaires. Une des notions les plus importantes à retenir sur le sujet est que le référencement est un travail sur la durée. Il n’est que provisoire et nos efforts peuvent disparaitre rapidement si l’on ne suit pas son évolution.

L’objectif est de faire connaitre son site sur des mots clés représentatifs de son activité et qui pourront générer du trafic qualifié. C’est un travail complexe car personne ne connait exactement les critères pris en comptes par l’algorithme de Google. Bien que nous ayons une idée approximative des leviers importants, cela demande beaucoup de travail en fonction de la taille de son site. Avec l’apparition tous les jours de nouveaux sites internet et donc de concurrents possibles, le métier de référenceur est apparu et c’est ainsi que les principaux sites de e-commerce ont une équipe entière de référenceurs.

La visibilité d’un site est devenue le cœur de la stratégie web de certaines entreprises, car s’est elle qui sera la plus grande source de chiffre d’affaires. Il est donc important de rendre son site accessible au plus grand nombre, c’est-à-dire avoir un bon positionnement sur les moteurs de recherches tel que Google qui représente à lui seul 250 millions de recherches par jours. Cette visibilité s’obtient grâce au référencement et c’est un enjeu important puisque 80% des internautes ne vont pas au-delà de la 3ème page de résultats sur un moteur de recherche.

Section 2 : Les leviers importants du référencement

Le contenu, même si Google lui accorde un peu moins d’importance qu’auparavant, le contenu d’un site est la base du référencement. Et quand on parle de contenu il faut comprendre le texte, car les images et le FLASH ne sont pas lisibles par les robots de Google.
La première chose à faire est d’identifier les mots clés de l’activité de l’entreprise. Ils devront être répartis dans les différentes pages du site sans abus et répétitions. Attention ! Les mots clés les plus pertinents pour une activité de sont pas forcément les plus recherchés. Pour connaitre le volume de recherche approximatif d’un mot, Google met à disposition un outil très pratique, le générateur de mots clés : https://adwords.google.fr/select/Login.
Pour donner de l’importance à des mots clés il faut utiliser des balises HTML (que l’on peut utiliser dans Joomla en mode HTML sur la rédaction d’un article). Voici quelques bases de HTML qui sont utiles pour le référencement :

-    Balises H (Heading) : Ces balises servent à mettre en valeur les titres, sous parties des pages. H1 étant le titre principal, H2 le secondaire et ainsi de suite…
Exemple sur mon site : <h1>Guillaume Masson</h1> <h2>Webmaster</h2>
Il faut essayer au maximum de mettre les mots clés dans ces balises.
-    Balises ALT  et TITLE des images : Comme je l’ai fait remarquer ci-dessus les images ne sont pas lisibles (encore ?) par Google. Il faut donc définir les images avec du texte et utiliser pour cela la balise ALT (texte alternatif qui s’affichera s’il y a un problème avec une image) et la balise TITLE pour donner lui donner un titre.
Exemple sur mon site : <img src= « images/guillaume-masson.jpg » title= »Guillaume Masson » alt= »Photo Guillaume Masson »/>
-    Balise TITLE des liens : Comme pour les images il faut donner un titre aux liens internes ou externes en utilisant la balise TITLE. Cette fonction est simplifiée sous Joomla lorsque l’on rajoute un lien avec l’icône « hyperlien ». Voici le code HTML :
<a href= »contact.html » title= »Contact »>Contact</a>
-    Balises STRONG : Elle se traduit par un mot en gras tout comme la balise <b> à la différence que celle-ci donne de l’importance à ce mot tandis que <b> donne juste un effet visuel traduit par le navigateur. Joomla utilise automatiquement les balises <strong> lorsque l’on met un mot en gras.
-    Enfin, il faut utiliser les balises <p> pour définir les différents paragraphes (automatique sous Joomla en mode normal).
Une page correctement structurée autour de balises <H> des paragraphes <P> avec des images et des liens biens décrits assurera une meilleure lecture par les robots des moteurs de recherche et donc un meilleur référencement.

Les Backlinks ou liens entrant, sont des liens pointant vers notre site ou une de nos pages web. Ils sont un moyen pour Google de proposer un classement des pages de son index à travers le PageRank (Sur une échelle de 0 à 10). Plus le PageRank d’un site est important, plus Google considère un site comme populaire. Cependant ces Backlinks répondent à des critères précis et le calcul du PageRank repose sur une formule mathématique qu’il est difficile de contourner. Par exemple, les échanges de liens entre deux sites n’ont que peu, voir aucun effet sur le PageRank. Il est donc important de choisir des Backlinks de qualité qui viennent de sites en rapport avec notre thématique, de remplir correctement les textes de l’ancre pour faire ressortir son site sur des mots clés précis et enfin si possible de développer en continu ses Backlinks.

Différents sites proposent de connaitre les liens entrant vers son site. Sur Google il suffit de faire la recherche suivante : link:www.guillaume-masson.fr même si la requête n’est pas (volontairement?) fiable à 100% cela donne une idée des liens entrants.

Les titres et les descriptions des pages jouent un rôle important dans le référencement d’une page d’un site. Toute la difficulté réside dans le fait de rédiger un titre et une description optimisée pour Google (avec des mots clés importants) mais qui soient aussi attractifs pour les internautes. Car une page bien référencée mais qui ne décrit pas le site ou le service proposé n’attirera pas de visiteurs. Cette partie peut prendre beaucoup de temps si le site est important, cependant il est primordial d’avoir des titres et des descriptions personnalisés pour chaque page. Un site avec les mêmes titres et les mêmes descriptions sur toutes les pages ne ressortira que sur certaines requêtes précises. De plus il faut savoir que Google prend en compte l’ordre des mots des titres et descriptions des pages (en attribuant une plus grande importance aux premiers). Pour Joomla, grâce au composant SH404SEF les titres des pages et les descriptions sont générées automatiquement en fonction du contenu de la page. Même s’ils ne sont pas forcément optimisés au maximum, cela permet d’avoir des pages avec des titres différents. Les titres et descriptions des catégories doivent être tout de même retravaillés pour pouvoir les faires ressortir sur des mots clés précis comme « Guillaume Masson ».

Eviter certains facteurs bloquants, comme le Flash, le JavaScript ou encore les Frames qui posent de nombreux problème en termes de référencement naturel. Les robots des moteurs de recherches ne pouvant lire que le langage HTML ils ne savent pas comment interprété ces différents langages ce qui signifie généralement pour eux des pages blanches ou des espaces vides.

Les noms de domaine correspondent généralement au nom de l’entreprise mais dans certains cas, il peut être intéressant d’en choisir un différent. Le contenu reste plus important mais un bon nom de domaine peut jouer un rôle facilitateur pour le référencement.
Des URL propres, levier important du référencement. Des URL claires avec des mots clés présents sont des atouts non négligeables pour le référencement. Nous en avons déjà parlé dans la partie 2 avec notamment le composant SH404SEF pour Joomla.

L’algorithme de Google a aussi ses limites. Dernière preuve en date, au mois de Juillet 2009 plusieurs webmasters se sont liés pour réaliser un Google Bombing, c’est-à-dire faire ressortir un site sur une requête particulière sans l’accord au préalable de celui-ci. Cette coalition a permis de faire ressortir le site officiel du président de la république Française sur une requête insolite. Pour cela, il a suffit qu’une poignée de sites à forte popularité rajoutent un lien vers www.sarkozy.fr avec une expression précise en titre du lien.

Si le référencement naturel demande beaucoup de travail, il existe en revanche le référencement payant qui lui peut-être entièrement contrôlable mais avec un coût non négligeable et avec un effet immédiat ou presque sur les visites.

Optimiser ses campagnes Adwords | Chapitre 8

Nous avons vu, dans une partie précédente, le référencement naturel qui demande beaucoup de travail et qui doit être fait sur du long terme mais qui a l’avantage d’être gratuit. Nous allons donc voir maintenant le référencement payant qui est une source non négligeable d’apport de trafic et de CA surtout en phase de lancement d’un site internet. A la différence du référencement naturel, nous avons une totale maitrise du référencement payant (Position de l’annonce, texte affiché, lien vers une page,…). Nous verrons donc, dans un premier temps, les termes à connaitre puis les différentes optimisations possibles.

Adwords est le nom du système publicitaire du moteur de recherche Google qui affiche des annonces texte ciblées. Les annonceurs paient lorsque l’internaute clique sur la publicité selon un système d’enchère et de qualité : plus l’annonce sera pertinente pour l’utilisateur, plus le prix au clic sera bas et l’annonce en évidence. Ceci afin d’inciter les publicitaires à fournir des renseignements pertinents par rapport à la demande de l’utilisateur. « Adwords » provient de « Ad » pour Advertising : Publicité et Words : mots.

Section 1 : Les termes à connaitre

Une campagne : C’est un ensemble d’annonces proposant presque la même offre. Il faut donc avoir différentes campagnes en fonction des produits ou services vendus.

Un groupe d’annonce (Adgroups) : Composé d’une ou plusieurs annonces, il correspond à un lot de mots clés d’une même activité. Un budget peut être défini pour chaque annonce.

CTR (Click Through Rate) : Score de qualité ou taux de clic. C’est le ratio entre les clics des internautes sur une annonce et le nombre de fois ou celle-ci a été affichée. C’est-à-dire, sur 100 affichages de l’annonce (impressions) combien d’internautes ont cliqués dessus. Plus le CTR est élevé, plus l’annonce est considéré comme pertinente et de qualité. Grâce à ce score on peut espérer un meilleur positionnement de ses annonces pour un coût plus faible. C’est une sorte de prime à la qualité que Google à mis en place.

Le positionnement d’une annonce : Sont pris en compte pour positionner une annonce : l’historique du CPC du mot clé sur Google, la pertinence du texte de l’annonce, l’historique du compte, l’historique des CTR des annonces du groupe et la qualité de la page de destination (PageRank).

Taux de conversion : Point très important, il correspond sur Google Adwords au nombre de commandes réalisées grâces aux annonces. Avec VirtueMart il existe des plugins pour que ce taux de conversion soit calculé directement par Google Analytics. Nous allons voir une partie sur l’optimisation du taux de conversion dans le prochain article.

ROI (Return On Investsment) : C’est le retour sur investissement, c’est-à-dire les ventes réalisées grâce à Adwords moins le coût des campagnes. Si le ROI est négatif c’est qu’il y a un problème et qu’il faut revoir sa stratégie Adwords.

Section 2 : Optimisations des campagnes

Créer une campagne publicitaire Adwords ne prend que quelques minutes, Google ayant fait en sorte que son système soit facilement pris en main par tous avec notamment des offres pour tester gratuitement le service dans un premier temps. Il est donc facile de ramener des visiteurs en nombre sur son site à condition d’avoir du budget. Là où cela devient plus compliqué c’est pour ramener du trafic qualifié sur son site, c’est-à-dire optimiser au maximum ses campagnes pour que l’internaute qui clique sur notre publicité soient réellement intéressés par les biens ou services que l’on propose.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour la création d’une campagne Google Adwords. Et chacun peut-être optimisé pour permettre de récolter un maximum de trafic de qualité.

Les mots clés, surement le paramètre le plus important notamment pour maitriser correctement son budget. Nous avons souvent l’envie de mettre un maximum de mots clés pour que l’annonce apparaisse un maximum de fois. Le problème est, que les mots clés ont des CPC (Coût par clic) différents fixés en fonction des enchères des concurrents et il n’est pas rare d’avoir un mot clé à plus de 1€ le clic. Sachant que des campagnes classiques sont sur un budget entre 5 et 10€/jours vos annonces n’apparaîtront plus après 10 visiteurs. Il faut donc cibler au maximum ces mots clés. Attention, le nombre d’affichage des publicités rentre en compte dans le positionnement et le coût de l’annonce.
Il faut donc mettre au maximum des mots clés ciblés et non pas génériques ce qui est beaucoup plus fastidieux mais très rentable. De plus, certains mots clés ne méritent pas le même CPC maximum car ils ne génèrent pas le même nombre de requêtes ou participent différemment au taux de conversion. Il faut donc être prudent sur la définition des mots clés qui peuvent rapidement faire exploser un budget.

Le texte de l’annonce, parfois la partie la plus pénible car les annonces doivent respecter un nombre de caractères précis pour le titre (25 caractères, espaces inclus) la description (deux lignes de 35 caractères chacune, espaces inclus), l’URL à afficher (35 caractères, espaces inclus) et enfin l’URL de destination (1 024 caractères maximum). Tout en respectant ces règles, il faut arriver à des annonces efficaces, c’est-à-dire qui correspondent aux attentes des internautes, de Google et enfin soient rentables pour l’entreprise.

-    Satisfaire l’internaute, en ciblant correctement les annonces sur des recherches précises avec une description correspondant réellement aux services que l’internaute pourra trouver. Rien de pire que de mentir à un internaute dans une annonce Adwords, car l’internaute aura cliqué sur celle-ci (ce qui est payant pour nous) et sera repartis du site quand il s’apercevra que cela ne correspond pas à ce qu’il recherche.
-    Satisfaire Google, même si nous sommes les clients, Google a pris tellement d’importance qu’un algorithme a été mis en place pour pénaliser les annonces qui ne fonctionnent pas. Ce score est appelé le CTR (Voir section 1 pour la définition et le calcul de celui-ci). Plus ce score de qualité est important plus les annonces apparaissent en meilleur position et pour un coût inférieur. C’est une sorte de récompense et de motivation pour devenir un bon annonceur.
-    Des annonces rentables car ce n’est jamais très bon de dépenser plus de budget que cela ne rapporte à l’entreprise. Cela rejoint en partie la stratégie web de son site qui définira le budget en fonction de l’importance du site dans la stratégie de l’entreprise mais aussi en fonction du domaine dans lequel elle évolue.

Gérer les périodes d’affichage des annonces, cela ne concerne pas tout le monde, mais pour les entreprises qui travailles principalement avec des mairies, établissements scolaires ou même des entreprises, cela ne sert à rien d’avoir des annonces le weekend, les jours fériés ou la nuit entre 21h et 6h du matin. En désactivant les annonces pour ces périodes, on évite ainsi de faire baisser son score de qualité ou encore de payer pour des internautes qui ne sont pas intéressés par notre offre.

Cibler la page de destination des annonces. Si l’internaute clique sur notre publicité c’est qu’il est intéressé par nos produits et en priorité, ceux, qui concernent sa recherche. Rien ne sert alors de lui faire perdre du temps avec la page d’accueil. Il faut le renvoyer directement sur la catégorie ou mieux encore, sur le produit qui l’intéresse.

Le réseau Adwords. Une annonce peut apparaitre sur des réseaux de contenu ou des réseaux de recherche. Le réseau de contenu ce sont les publicités que l’on voit sur différents site (avec Adsense qui correspond au système inverse d’Adwords). Tandis que le réseau de recherche correspond aux espaces publicitaires sur les recherches effectuées sur Google. Ce réseau doit être choisi avec attention et dépend principalement de votre stratégie web.
Suivre les annonces et les mots clés. En effet, certains mots clés ne fonctionnent pas toute l’année suivant le secteur dans lequel vous évoluez.  De même, il est très rare de tomber du premier coup sur les mots clés qui fonctionnent le mieux. Il faut donc purger au fur et à mesure les mots clés qui ne fonctionnent pas ou peu et les remplacer par d’autres.

Après avoir passé un certain temps sur les annonces Adwords et lorsqu’on est arrivé à résultat et un CTR correspondant à nos attentes, la partie optimisation est terminée. Cependant il est recommandé de suivre régulièrement les annonces pour voir leur évolution et ne pas oublier de les mettre à jours lors de l’arrivée de nouveaux produits ou nouvelles catégories de produits. Comme pour Analytics, des alertes peuvent être configurées pour recevoir, par email, à la fréquence voulu, les dernières statistiques.

Suivi de performances | Chapitre 9

Lorsque notre site est enfin fonctionnel, optimisé et qu’il génère ses premiers chiffres d’affaires conséquent il ne faut pas tout arrêter ou même le laisser en roue libre. Deux choses principales doivent toujours être présentes lorsque l’on gère une boutique de e-commerce. La première c’est le suivi des performances du site pour repérer les moindres petites failles et anticipés les problèmes. La seconde concerne une lutte de tous les jours, c’est l’amélioration du taux de conversion, but ultime de tout site de e-commerce.

Après avoir passé tant de temps sur la réflexion, la conception et l’optimisation de son site, nous sommes tentés de penser que tout est fini. Le site est positionné correctement, les commandes arrivent régulièrement et tout fonctionne parfaitement. Le problème est que le web évolue en permanence et les techniques de webmarketing d’aujourd’hui ne seront peut-être plus valables dans 1 ans voire dans quelques mois. Il est donc important de suivre les performances de son site.

Section 1 : Les outils de mesure d’audience

C’est un des outils principaux pour suivre les performances d’un site et connaitre la fréquentation, les visiteurs etc… Comme expliqué dans le chapitre sur l’étude concurrentielle, un site internet qui n’a pas d’outil de mesure d’audience signifie généralement que l’entreprise porte peu d’intérêt à celui-ci.

Il existe un grand nombre d’outils de mesures, certains adaptés entièrement à un site mais payant. D’autres gratuits, ne donnant pas autant de précisions que les précédents mais suffisant pour la majorité des sites Internet. En France, les principaux outils gratuits sont Google Analytics  et Xiti  (AT internet). Il est tout à fait possible de mettre en place les deux sur un même site, ce qui permet notamment de comparer les données collectées.

On retrouve principalement les mêmes fonctionnalités sur ces deux outils avec des présentations différentes. Leur force est de pouvoir récupérer des données, de les traiter et d’agréger les informations afin de présenter le tout de façon claire et synthétique. Nous prendrons pour exemple, ici, Google Analytics, qui a l’avantage de pouvoir être couplé facilement avec Google Adwords et les différents services  Google.
Analytics est capable de donner toutes les statistiques concernant les visiteurs. A savoir le nombre de pages vues, le temps passé sur le site, la localisation géographique (pays, régions, villes) et bien plus encore. Nous allons voir ici les informations principales à traiter.

-    Le nombre de visites : Permet notamment de calculer son taux de conversion (voir section 2) mais aussi de suivre les répercutions du référencement naturel ou payant.

-    Le nombre de pages vues : Cela varie en fonction du nombre de pages disponibles sur un site mais surtout cela permet de savoir si les internautes ont navigués sur celui-ci ou s’ils se sont arrêtés à la première page.

-    Le temps passé sur un site : Il peut changer du simple au double en fonction de l’activité de l’entreprise et de l’objectif du site. Cette donnée n’a pas la même valeur suivant si l’internaute visite un blog, un site e-commerce ou encore un site de petites annonces. Cependant c’est une valeur métrique simple à comprendre et qui peut être augmentée si elle est trop faible en fournissant plus d’informations, de liens ou en optimisant l’agencement de  son site. Un temps de visite trop long, peut à l’inverse, remettre en question l’accessibilité, la navigation ou encore le temps de chargement de celui-ci. Un internaute qui passe plus de 20 minutes sur un site de e-commerce qui vend une cinquantaine d’articles n’est pas bon signe.

-    Le taux de rebond : Variable importante à prendre en considération puisqu’elle évalue la qualité des visites. Ce taux représente le pourcentage de visites d’une seule page. Lorsqu’il est élevé cela indique généralement que les pages d’entrées ne sont pas pertinentes pour les visiteurs. Cela veut dire par exemple pour les annonces adwords que le ciblage des pages n’est pas optimal.

-    Les statistiques de visites par pages : Cela donne un aperçu des pages du site qui fonctionnent le mieux. Des optimisations sur celles qui fonctionnent moins bien peuvent être réalisées à la suite de ces résultats.

-    Les sources d’entrées : Analytics permet de savoir comment les internautes sont arrivés sur le site internet. Ce qui est important pour connaitre l’impact du référencement naturel, des campagnes de publicité ou même de la notoriété du site.

De nombreuses données sont disponibles sur Google Analytics et permettent de cibler correctement les visiteurs et l’utilisation d’un site. Avec Joomla il est notamment possible de calculer son taux de conversion directement sur Google Analytics ce qui permet d’avoir un outil complet et efficace pour suivre les performances d’un site.

La mesure d’audience fait parti intégrante du processus de développement du chiffre d’affaires d’un site internet dans le sens ou cela permet de faire progresser sa rentabilité tout en diminuant les coûts d’acquisition clients. Ces outils fonctionnent étroitement avec le référencement naturel que nous avons déjà vu dans une partie précédente.

Section 2 : Optimiser son site pour un meilleur taux de conversion

Pour améliorer un taux de conversion il existe deux principaux leviers : Le premier concerne l’acquisition de trafic qualifié, c’est ce dont nous avons parlé dans la partie précédente avec Google Adwords. Le second concerne l’augmentation du nombre de visiteurs qui passent commande sur le site. Pour cela, il faut un travail d’optimisation du site.

Il n’y a pas que le trafic qualifié qui influence un taux de conversion, il y a aussi le site internet. Plusieurs optimisations sont à portées de tous et cumulées, elles peuvent améliorer sensiblement un taux de conversion.

Simplicité de navigation, nous avons abordé le sujet à de multiples reprises au cours de ces articles. La navigation sur un site de e-commerce doit être la plus simple et intuitive possible. Comme dans un magasin traditionnel, le client doit pouvoir se déplacer d’un rayon à l’autre facilement et rapidement. Pour Joomla par exemple, un « Breadcrumb » peut apparaitre en haut de chacune des pages de la boutique, ce qui permet à l’internaute de savoir à quel niveau de la boutique il se situe et d’aller sur d’autres catégories sans avoir à appuyer constamment sur la touche « retour ».

Etre honnête et clair, l’internaute doit pouvoir trouver les informations légales et les différents renseignements sur la livraison et le paiement en ligne sans avoir à chercher pendant des heures. Comme nous l’avons déjà vu, un client averti des frais de livraisons dès le début n’annulera pas sa commande au dernier moment à cause de ces frais supplémentaires. Il est aussi fortement conseillé de mettre à disposition un numéro de téléphone non surtaxé et différents moyens de contact. Même si l’internaute n’en aura pas forcément l’utilité, cela le rassure de savoir qu’en cas de problème, il peut nous joindre. Donner un maximum d’informations sur la société ne coute rien et cela rassure le client. Le numéro de SIRET, la forme et le nom de l’entreprise, le numéro de déclaration à la CNIL etc…

Sécurité, le paiement en ligne est une source importante de CA qu’il ne faut pas négliger sachant que la confiance des internautes dans le paiement en ligne reste encore très faible en France. Pour cela il ne faut pas hésiter à montrer que l’on propose différents moyens de paiement et qu’ils sont fiables.

La présentation des produits, nous en avons déjà parlé lors de l’élaboration des fonctionnalités d’un site de e-commerce. Les visuels sont très importants pour une boutique en ligne. Même si l’on vend du thé il faut s’arranger pour illustrer correctement et différemment les produits. Cela rassure l’internaute, qui à défaut de pouvoir toucher la marchandise comme dans un magasin, pourra voir à quoi elle ressemble.

Améliorer le processus d’achat, beaucoup d’internautes abandonnent leur panier lors des phases finales de la commande. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce phénomène. Tout d’abord la longueur du processus d’achat. Celui-ci doit être adapté aux biens et services vendus. En effet, quelqu’un cherchant à télécharger une musique à 0.99cts ne souhaite pas passer par 10 étapes de validation de commande. Deux étapes suffisent, l’une pour les renseignements du client et l’autre pour le paiement. A l’inverse, dans le cas d’un site e-commerce avec des paniers moyens supérieurs à 500€ par exemple,  le processus de commande ne doit pas être trop court, au risque d’entrainer des doutes chez le client si la page de paiement arrive trop rapidement. Voici un exemple de processus de commande :

Détails clients -> Adresse d’expédition -> Choix du cadeau -> Méthode de paiement -> Validation finale de la commande -> Paiement en ligne ou retour sur le compte client.

Un schéma peut venir illustrer les différentes étapes tout au long de la commande pour que le client puisse se repérer dans son processus d’achat.

Les performances d’un site peuvent être améliorées si un suivi régulier est effectué. Cependant ces optimisations ont des limites. On peut avoir un excellent référencement, un site bien pensé, bien organisé et adapté aux attentes des internautes mais si l’offre est en décalage que ce soit au niveau des prix ou encore des délais de livraisons, les commandes ne suivront pas. La performance d’un site réagit donc à de nombreux facteurs. C’est notamment pour cela qu’il est difficile de trouver des références sur Internet tant les écarts peuvent être importants entre chaque secteur d’activité ou même chaque entreprise.